Nos partenaires
Menu

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
La franchise (12 % du commerce de détail) et le commerce coopératif et associé (30 % du commerce de détail, 7% du PiB français) sont des acteurs majeurs du commerce indépendant organisé en France. Souvent confondus, la franchise et le commerce coopératif et associé reposent pourtant sur des principes radicalement différents.

Qu’est-ce qu’une franchise ?

Une franchise est un contrat qui lie un franchiseur, qui a développé un concept commercial, à des franchisés. Ces derniers sont des personnes physiques ou morales juridiquement indépendantes qui veulent exploiter le concept créé par le franchiseur. La franchise repose sur trois principes fondamentaux que sont les signes de ralliement à la clientèle (comme la marque et l’enseigne), la transmission du savoir-faire, l’assistance technique et commerciale. La straté et les moyens de contrôle relèvent de la décision du franchiseur.

Comment fonctionnent les réseaux du Commerce Coopératif et Associé ?

À la différence du fonctionnement de la franchise, dans lequel un franchiseur, commerçant ou non, prend la responsabilité de développer un savoir-faire et d'en faire bénéficier des commerçants, le commerce coopératif et associé est une organisation de réseaux de points de vente constitués et contrôlés par des entrepreneurs indépendants  associés au sein d’un dans le but de mettre en place des actions, des idées, des énergies et des outils en commun. Cet ensemble est renforcé par la mutualisation de leurs moyens, savoir-faire et capitaux. Propriétaires de leurs affaires et de leur réseau, ils sont à la fois les acteurs et les décideurs de la gestion quotidienne de leurs points de vente et des décisions stratégiques qui assurent le développement et la pérennité de l'ensemble du réseau. Aussiau sein des réseaux du Commerce Coopératif et Associé, on parle plutôt d’organisation horizontale, chaque associé du groupement étant maître des décisions prises pour son réseau selon le principe démocratique 1 homme = 1 voix.

Le fonctionnement des groupements du Commerce Coopératif et Associé repose sur la mise en commun et le partage des savoir-faire et des moyens : financiers, techniques, humains. Les associés décident ensemble de la part que chacun devra apporter pour aider à la construction d’un ensemble homogène et efficace. Les services sont mis en place par et pour les membres. Ils assurent le fonctionnement optimal de l’ensemble des activités nécessaires à l’exploitation des points de vente : et achats, logistique, marketing, ressources humaines, développement, gestion comptable, veille….

Autre différence fondamentale par rapport à la franchise. Les entreprises du Commerce Coopératif et Associé appartiennent à leurs membres. Chaque associé souscrit une part du capital à des structures communes. Il n’existe pas de cotation à la bourse de valeurs, pas de capital-risque ou fonds de pension dans les fonds propres du groupement. Les associés garantissent eux-mêmes la stabilité de l’actionnariat et des stratégies du réseau. Indépendants financièrement, contrôlant le capital du  groupement, les associés sont ainsi maîtres de leur destin et de l’ensemble des moyens en commun. Le capital des entreprises du Commerce Coopératif et Associé est souvent qualifié de capital patient. L’enjeu est d’assurer la pérennité du groupement et de ses adhérents et de ne pas basculer à tout moment dans la spéculation boursière où l’objectif ne serait que la rentabilité de l’action à court ou moyen terme. Le groupement de Commerce Coopératif et Associé n’est pas opéable. Son capital est réparti entre les associés dont l’activité même dépend du contrôle du capital.

La solidarité est enfin une valeur intrinsèque aux groupements de Commerce Coopératif et Associé. Dans un système économique purement financier priment l’intérêt du capital et de la rentabilité immédiate. Dans un réseau de Commerce Coopératif, l’ensemble des associés vont aider au développement du réseau en aidant d’autres associés ou nouveaux entrants à trouver les fonds propres et les cautions nécessaires à investir dans leur entreprise  et à apporter des garanties aux banques. Cette solidarité va même plus loin avec l’aide dans la gestion même du par exemple.

>> Pourquoi rejoindre un groupement du Commerce Coopératif et Associé ?

>> Pourquoi créer un groupement au sein du Commerce Coopératif et Associé ?