Nos partenaires
Menu

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Publié le 16 mai 2014
Le groupement SAPC (enseigne Camara) fédère un réseau de magasins indépendants spécialisés dans la distribution de produits en photo, vidéo et numérique. Son président Francis Dupas revient sur les spécificités de ce réseau qui apporte des réponses concrètes aux chefs d’entreprises pour améliorer leurs performances et préserver leur autonomie sans être isolés.

« L’évolution de notre secteur est intéressante car elle préfigure l’avenir de beaucoup de branches de l’appareil commercial de notre pays. »

// Présentez-nous votre 
Né dans les années 1950, le groupement SAPC avait au départ pour principal objectif d’organiser un approvisionnement très difficile pour des magasins isolés. L’enseigne Camara a vu le jour en 1970 et, quelques années plus tard, il s’est révélé nécessaire d’introduire un métier supplémentaire : la logistique d’approvisionnement des magasins par un stockcentralisé. Nous avons pu fédérer il y a 12 ans des enseignes concurrentes pour mutualiser achats et logistique dans une structure commune, la SCAN, qui sert aujourd’hui environ 300 magasins spécialisés. Notre   de   et d’approvisionnement représente un chiffre d’affaires direct d’un peu moins de 30 millions d’euros HT et compte une dizaine de salariés. 5 autres personnes sont logées dans notre structure commune SCAN avec d’autres groupements et encore 4 personnes pour la structure logistique, elle aussi commune.

// Comment se porte votre marché ?
L’arrivée du numérique a bouleversé notre métier en changeant profondément le mode de fonctionnement de nos consommateurs. Elle a également attiré sur notre marché un grand nombre d’acteurs qui n’intervenaient pas auparavant et qui abordent le marché avec une straté très offensive, notamment en matière de prix. L’évolution de notre secteur est assez intéressante car elle préfigure l’avenir de beaucoup de branches de l’appareil commercial de notre pays : apprendre à travailler avec des marges faibles (de 5 à 15 % en moyenne sur les APN). La solution repose bien évidemment sur la rotation et repose donc sur une logistique centrale sans failles. La part de marché valeur des « spés » dans notre secteur va de moins de 10 % pour les appareils d’entrée de gamme jusqu’à 35 % pour les produits haut de gamme et l’écosystème qui entoure ces produits. Le commerce aujourd’hui se partage en deux grandes catégories, le circuit volume (internet, massmarket, etc.), et le circuit valeur dans lequel nous sommes. Notons que les deux circuits sont indispensables l’un à l’autre et nécessaires pour nos industriels, et qu’un troisième a vu le jour, un hybride, avec les infos en magasin et la concrétisation par Internet. C’est dans cette perspective que notre groupement a, depuis plusieurs années déjà, mis un site Internet marchand www.camara.net à disposition de ses magasins, à leur profit intégral et géré par la centrale.

Notre marché aura perdu environ 2 millions d’APN sur 5 en deux ans… En 2013, le marché de la photo a connu une baisse accentuée sur les produits d’entrée de gamme fort naturellement concurrencés par la montée en puissance des smartphones, mais est resté relativement stable sur les produits de moyen/haut de gamme qui est notre marché de prédilection. Il est intéressant de constater qu’en 2013 le canal des « spés » a les meilleurs résultats en valeur, devant les canaux massmarket, Internet et GMS.

// Quelles sont les spécificités d’un réseau d’indépendants ?
Le principal problème des indépendants isolés est le manque de recul sur leur métier. La force d’un réseau est bien évidemment la communication
sous un « chapeau » national, et la mise en commun d’éléments de réflexion qui toujours doivent donner une vision raisonnée à 3-5 ans, tant pour chaque entreprise que pour le groupement lui-même. Un réseau place l’humain au coeur du dispositif. Etre   Camara permet de s’impliquer dans la vie du groupe au travers du Conseil d’administration par exemple, pour contribuer aux grandes orientations du groupement. Cette implication personnelle, ce fonctionnement en synergie avec despermanents, est un élément essentiel de la réussite du réseau. C’est là notre plus grande différence avec les enseignes intégrées. Rejoindre Camara, c’est la garantie de rester indépendant et de profiter d’une organisation reconnue pour son savoir-faire en logistique et en communication. Camara est une enseigne qui possède une forte notoriété chez les « amateurs avertis », experts et professionnels de laphoto, et a une « vision » d’avenir partagée par les principaux acteurs industriels de notre secteur. Elle a construit sa réputation autour de la qualité du conseil, de la liberté de choix et de l’attention portée au client.

// Quels sont les principaux défis pour 2014 ?
Nous souhaitons adapter nos magasins aux attentes des consommateurs. Pour cela nous les faisons monter en gamme avec Camara Expérience dans les zones à forte densité démographique et Camara Contact dans les villes à la démographie moins importante. Ces magasins hyper spécialisés proposent un accompagnement des consommateurs au travers de coachings théoriques et pratiques. Ces magasins pourront s’appuyer sur notre logistique très reconnue dans notre secteur d’activité. Nous proposons aussi à nos adhérents des sessions de formation en gestion et technique, qui rencontrent un excellent succès. Enfin, face aux évolutions de notre marché, nous souhaitons faire mieux reconnaitre par nos industriels les services rendus à leurs produits par le circuit valeur. //