Nos partenaires
Menu

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Publié le 02 novembre 2016
Déjà dix ans que Christophe Viennot-Bourgin et son épouse ont repris l’Intermarché de Tourcoing. Il revient pour nous sur sa carrière, sa vie d’entrepreneur et ses projets. A 48 ans, cet entrepreneur voit l’avenir en grand.

// Pourriez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?
Après avoir fait une école de commerce jusqu’à Bac +4, j’ai intégré un grand groupe français où j’ai été contrôleur d’exploitation, puis contrôleur de gestion. En 1997, j’ai rejoint le   des Mousquetaires au sein de la direction marketing. J’ai participé à la cellule « régions nouvelles » et qui avait pour but de dupliquer les bonnes pratiques de la France à l’international. Cette expérience a été extrêmement enrichissante sur le plan professionnel et humain. J’ai travaillé aux côtés d’interlocuteurs francophones et au sein de pays qui étaient en plein développement économique sur le secteur de la distribution. J’ai continué mon parcours au sein de la cellule « applicatif terrain », afin de mettre en place le nouveau concept à l’époque pour Intermarché.  Aimant l’action et les nouveaux défis, j’ai participé à la mise en place d’une force de vente sur le terrain qui était à la fois auditeur et formateur spécialisé par métier (boucherie, poissonnerie, fromagerie, fruits et légumes, épicerie, non alimentaire, …). C’est ce que nous avons appelé les « relais métiers secteur ». A la tête de cette organisation, je manageais une équipe de 230 collaborateurs basés dans la France entière. Ce fut un défi passionnant et c’est d’ailleurs une entité qui existe toujours au sein du groupement des Mousquetaires. Puis, j’ai franchi le pas, je suis devenu ADHÉRENTIntermarché.

// Quand avez-vous pensé à entreprendre au sein du Commerce Coopératif et ASSOCIÉ ?
J’ai pensé à entreprendre dès mon arrivée dans le groupement des Mousquetaires en 1997-1998. En tant que salarié chez Intermarché, je voyais au quotidien ce que voulait dire être chef d’entreprise au sein d’un groupement du Commerce Coopératif et Associé. Jusque-là, je n’avais connu que des organisations très hiérarchisée alors qu’au sein du Commerce Coopératif et Associé, lorsque vous êtes  , vous êtes à la fois un chef d’entreprise indépendant tout en étant accompagné et écouté puisque vous faites partie du groupement. On vous aide à entreprendre et on vous incite à participer à la réussite du groupement. J’ai ainsi découvert notamment le tiers temps.
En 2005, nous nous sentions prêts avec mon épouse à nous lancer et nous avons postulé pour devenir adhérents Intermarché. La charge de travail, la pression, l’échange peuvent se gérer de manière plus qualitative avec la personne qui partage votre vie. Nous avons suivi le parcours nous permettant de devenir adhérent. Nous avons fait six mois de formation alternant stages pratiques sur plusieurs points de vente et des séminaires au parc de Tréville, au siège du Groupement des Mousquetaires. Même si j’avais été salarié pendant de nombreuses années au sein des Mousquetaires, je peux vous dire que cette formation était tout à fait indispensable pour qu’on devienne des entrepreneurs aguerris. A la suite de cela, une opportunité s’est présentée dans le Nord de la France. Nous avons repris l’Intermarché de Tourcoing en 2006.

// Comment s’est passé votre installation ?
Nous savions que nous allions devoir relever nos manches. Notre   avait un fort potentiel mais nous devions le rénover. C’est très subjectif mais il est important de bien se sentir dans son entreprise et nous avons décidé de le voir comme un vrai projet d’accomplissement personnel, de vie de couple et de vie de famille. Nous avons même inclus nos enfants dans notre projet professionnel.  Après la rénovation, nous avons créé une station-service en 2013 et nous avons comme ambition d’augmenter de manière significative le nombre de mètres carrés de notre point de vente en 2018-2019, avec 1000 m2 supplémentaires.

// Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?
De continuer à prendre toujours autant de plaisir de faire mon métier. Les normes évoluent, la concurrence se renforce, les clients sont de plus en plus exigeants, mais nous aimons vraiment notre métier de commerçant. On a la chance avec Intermarché d’être de vrais commerçants de proximité. Nous sommes proches de nos clients. Dans notre ville de 95 000 habitants, nous sommes le supermarché de quartier, si je puis dire. Les tourquennoises et tourquennois aiment venir chez nous car ils connaissent nos hôtesses de caisse, nos équipes dans le magasin et ça les rassure.
De plus, nous nous impliquons dans la vie locale et nous participons à des projets ambitieux bien que nous soyons une PME à taille humaine. Nous sponsorisons notamment le tournoi mondial de basket de moins de 21 ans qui a lieu chaque année dans notre ville. Nous accompagnons des associations de proximité qui, comme nous, créent du lien dans notre ville. Et bien entendu, nous n’avons pas attendu qu’une loi soit promulguée pour faire des dons et travailler avec Emmaus, les Restos du Cœur ou encore des épiceries solidaires. C’est aussi un vrai plaisir de participer à la vie locale et nous espérons pouvoir continuer à le faire le plus longtemps possible.