Nos partenaires
Menu

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Publié le 03 octobre 2017
Nommé par ses pairs au mois de mars, Laurent Piron, Président d’Entendre, coopérative d’audioprothésistes partage sa vision du marché et parle des projets stratégiques de son réseau.

// Comment se porte l’activité de la   Entendre et qui sont vos clients en 2017 ?
L’audioprothèse est un marché haussier. Notre activité a naturellement bénéficié de la croissance du marché L’activité se porte bien et nous sommes avant tout un réseau qualitatif grâce à la compétence et l’implication de chaque  . C’est pourquoi mon souhait est qu’il y ait toujours plus de collaboratif et de participatif pour tirer le meilleur parti des qualités de tous.
Chaque année une étude est réalisée et mesure l’opinion des audioprothésistes indépendants vis-à-vis de leur enseigne. Nous sommes systématiquement en tête sur ce classement, avec un taux de 100% d’adhérents satisfaits des outils et services proposés.
Concernant nos clients, les seniors restent le cœur de la cible du marché et le papy-boom va faire grandir l’activité dans les années à venir. A noter qu’en ville, l’activité est plus variée que dans les zones rurales avec des enfants et des jeunes que nous accompagnons et auprès de qui nous pouvons mener des actions de prévention.

// Bon nombre de nos réseaux sont concernés par la transmission. Est-ce votre cas ?
En effet, nous incluons la transmission d’affaires dans notre réflexion stratégique. Une partie non négligeable de nos adhérents vont devoir transmettre prochainement leurs points de vente et nous devons trouver des solutions afin que la reprise se passe au mieux. Notre marché est face à une verticalisation de plus en plus importante où de grands acteurs ont des moyens colossaux pour racheter nos points de vente. Nous travaillons donc également à la fidélisation de nos adhérents actuels.

Nous sommes avant tout un réseau qualitatif : grâce à la compétence et l’implication de chaque adhérent. C’est pourquoi mon souhait est qu’il y ait toujours plus de collaboratif et de participatif pour tirer le meilleur parti des qualités de tous

// Votre activité a été très médiatisée cette année. Cela a-t-il eu un effet bénéfique pour Entendre ?
L’audioprothèse s’est démocratisé grâce aux campagnes de sensibilisation qui datent d’il y a quelques années et il existe dorénavant une prise en charge. En 2017, il y a eu un « effet Macron » pour nous. Le secteur a été mis en avant dans la campagne présidentielle. Cela a eu un impact positif d’autant que par ricochet, tous les candidats à l’élection présidentielle ont parlé de notre secteur. A date, nous savons que des modifications de régime sont potentiellement à prévoir. Il nous faudra être réactifs en temps voulu.

// Vous avez mis en place des   de travail. Quels en sont les thèmes ?
Nous avons mis en place quatre commissions qui vont nous aider à faire grandir le réseau. Il y a la commission scientifique puisque l’audioprothèse est une activité paramédicale et où nous travaillons sur un protocole commun pour nos adhérents.
Nous avons également une commission qualité puisque c’est notre axe distinctif que ce soit dans les centres, la formation, nos services. Ce dispositif est complété par la commission numérique. Nous vivons dans un monde connecté et nous réfléchissons à utiliser cette donnée de marché pour améliorer la vie de nos clients. Enfin, notre commission stratégique est là pour assurer le développement de l’enseigne Entendre. Nous sommes neuf administrateurs et chacun s’implique, c’est ça l’esprit coopératif.