Menu

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Nous protégeons vos données ; découvrez notre politique de protection des données
Publié le 07 mars 2016
Nicolas Ernoult est chef d’entreprise au sein de la coopérative Alkor, qui détient les enseignes Majuscule et Burolike. Cela fait déjà trente ans que cet entrepreneur évolue sur le secteur de la fourniture de bureau.

// Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
J’ai été salarié pendant dix-sept ans au sein d’une grande enseigne sur le marché de la fourniture de bureau. L’entrepreneuriat m’attirait depuis très longtemps. J’avais ça dans les gênes. Surtout j’avais le sentiment d’avoir fait le tour en tant que salarié. J’ai eu l’impression de me sentir prêt à devenir chef d‘entreprise. J’ai alors pris mon indépendance il y a treize ans. C’était en 2003. J’ai ouvert mon entreprise sous l’enseigne Majuscule, avec un point de vente uniquement pour les professionnels, à Villeneuve d’Ascq. Aujourd’hui, mon commerce compte douze salariés avec cinq commerciaux, cinq personnes pour la logistique et deux assistantes sédentaires.

// Pourquoi avez-vous choisi l’enseigne Majuscule pour vous lancer ?
Parce que l’enseigne Majuscule fait partie d’une coopérative ! Je n’avais pas envie d’être seulement un numéro ! Au sein d’une coopérative, on est plus écouté, nos suggestions sont prises en compte… on ne nous considère pas que comme un client. 
La coopérative permet aussi d’intégrer des groupes de travail afin de permettre à la coopérative être plus performante. Je fais partie de la commission « métier de la fourniture de bureau » qui est en rapport avec l’offre et la tarification du catalogue. Je m’investis et prends part aux grandes décisions de ma coopérative.
Je suis également Administrateur au sein d’Alkor. Pour cela, j’ai été élu par mes pairs.

// Quels sont les avantages du Commerce Coopératif et Associé selon vous ?
Quand on a la connaissance métier, le Commerce Coopératif et Associé permet de s’appuyer sur des spécialistes pour l’amont : le référencement et la négociation avec les fournisseurs, la création des outils de vente (catalogues, flyers,…), la logistique, la gestion d’un site Internet par exemple. Ce sont des aspects très importants pour développer nos activités mais en tant qu’entrepreneurs, nous manquons de temps et de moyens pour mener à bien ces actions en plus de notre métier de commerçants. Grâce au fait que je sois à la fois client et actionnaire de la coopérative, je bénéficie de la force du réseau.

// Que peut-on vous souhaitez pour les années à venir ?
Ce que l’on peut me souhaiter ? Que notre coopérative continue à se porter mieux que son marché qui est en régression depuis plusieurs années maintenant. Alkor est à contre-courant. Il faut donc que nous continuons à anticiper les besoins de nos clients et trouvions de nouveaux relais de croissance.