Nos partenaires
Menu

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Publié le 07 mars 2016
La Société Européenne d’Hôtellerie (SEH), coopérative qui réunit les marques Inter-Hotel, P’ti Déj-Hotel, QualysHotel et Relais du Silence se lance dans un projet à la Porte de Montmartre, dans le 18ème arrondissement de Paris, qui verra le jour en 2018. Au programme, un nouveau siège pour la coopérative et un hôtel trois étoiles dans un même lieu grâce notamment à la participation des adhérents de la coopérative. Jean Lavergne explique cette démarche, nouvel exemple de mutualisation au sein du Commerce Coopératif et Associé.

// Pouvez-vous nous parler de ce projet de complexe ?
L’idée de départ était de créer un lieu à Paris où nous puissions avoir nos propres locaux ainsi qu’un « hôtel vitrine » en quelque sorte. Ce programme mixte a mis deux ans avant de se monter. C’est vraiment notre persévérance qui a permis à ce projet de voir le jour. Au sein de ce complexe, nous allons regrouper un Qualys- Hotel de 185 chambres, ainsi que le prochain siège de la coopérative aux portes de la capitale, dans un quartier en pleine transformation. Cet espace complet de 7 200m2 comptera également un espace séminaires, un restaurant, des places de parking. Nous allons également pouvoir accueillir notre école de formation, reconnue sur le secteur. Les travaux commencent en ce moment même et la livraison est prévue pour le second semestre 2018.

// En quoi ce pas en avant pour SEH est avant tout un projet par et pour la coopérative ?
Cette initiative a deux objectifs : renforcer la coopérative afin qu’elle soit toujours plus forte en apportant de nouvelles garanties aux hôteliers du réseau et stimuler notre présence parisienne. Nous nous sommes donc tournés naturellement vers ceux qui font que le réseau existe, nos adhérents. Nous les avons fortement mobilisés pour mener ce projet à bien grâce aux titres participatifs. Sur l’ensemble de l’opération, pas moins de cent coopérateurs ont répondu présent en contribuant à hauteur de 3,3 millions d’euros. Nos hôteliers nous font tellement confiance que nous avons même d’anciens adhérents qui se sont lancés dans l’aventure !

// Quelles sont les contraintes auxquelles vous avez été confronté pour mobiliser vos adhérents?
La première contrainte est directement liée à notre secteur d’activité. L’hôtellerie est un métier capitalistique où les fonds de commerce se vendent très chers pour des chiffres d’affaires peu élevés et des retours sur investissement longs. De plus, le ticket d’entrée pour participer à l’opération était de 12 000 euros, ce qui n’est pas une somme anodine sachant que nous bloquons leur participation pour dix ans. Mais grâce à la confiance renouvelée de nos adhérents qui comprennent les tenants et les aboutissants du projet, nous avons pu investir ensemble dans l’avenir du groupement.

// Depuis le 1er janvier 2016, le dispositif ISF-PME n’est plus accessible aux PME de plus de sept ans. Qu’en pensez-vous ?
Il est vrai que dans notre cas ce dispositif fiscal a permis de créer un véritable effet de levier pour mener à bien ce projet. Le projet de la Porte de Montmartre représente un investissement total de 38 millions d’euros, dont 28 millions d’emprunts (21 millions auprès de la Caisse des Dépôts et 7 millions auprès des banques). Sur l’ensemble, 7,3 millions d’euros ont été financés en fonds propres, dont 65% par la coopérative SEH et 35% par la Caisse des Dépôts. Nos chefs d’entreprises ont besoin pour se développer et accompagner leur coopérative de solutions alternatives !