Nos partenaires
Menu
Publié le 08 janvier 2021
Anne Lamartine est adhérente de la coopérative de magasins bio Biomonde et possède un commerce à Moulins-sur-Allier, qui se nomme « Terre de Ma’lice ». Situé en plein cœur du quartier historique de la ville, son magasin n’est pas seulement un commerce, c’est un lieu de vie. Elle revient sur ses choix professionnels.
Anne-Lamartine-Biomonde

Pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

Anne Lamartine : Dès l’université, j’ai choisi un parcours qui allait vers les autres en intégrant l’IAE de Grenoble. Mon mémoire d’études portait d’ailleurs sur une entreprise . J’ai toujours eu à cœur d’être au centre de l’entreprise, de comprendre comment la nourrir, comment la faire vivre. En 1998, j’ai repris une PME avec mon père et mon frère. Puis, j’ai réalisé que j’avais besoin de créer mon propre projet entrepreneurial. Ma vision holistique des choses m’a fait ouvrir, en 2015, un projet monté de toute pièce à Dompierre sur Besbre, près de Moulins. Il s’agissait d’un espace de 370 m2 réunissant des produits sains et bio dont 120 m2 dédiés à des thérapeutes indépendants afin que nous accompagnions ensemble nos clients. J’ai choisi Biomonde parce que sa structure et ses fondements, ses valeurs semblaient correspondre à mes attentes : un réseau de professionnels au sein duquel je serais accompagnée tout en restant indépendante et respectée dans mes choix. De plus, les contraintes financières d’adhésion étaient très raisonnables au regard des avantages d’intégrer le . Le côté humain des équipes que j’ai rencontrées a tout de suite fait tilt chez moi.

Quelle vision avez-vous de la coopérative ?

A.L. : L’adhésion à une coopérative implique de s’engager collectivement et solidairement. « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». On découvre le sens de la coopérative au moment où on la rejoint. Ça vous prend aux tripes ! Chez Biomonde, nous sommes des coopérateurs dans l’âme. La coopérative, c’est un modèle à défendre. Au sein du conseil d’administration de Biomonde, nous réalisons que nous avons un lien fort qui nous unit, qui va bien au-delà de notre rôle de commerçant et d’administrateur. Vous êtes donc administratrice de Biomonde.

Chez Biomonde, nous sommes des coopérateurs dans l’âme. La coopérative, c’est un modèle à défendre.

Que pouvez-vous nous en dire ?

A.L. : Je crois que ce rôle d’administratrice correspond à ce besoin viscéral que j’ai, d’être impliquée dans mes projets. Au sein de ce groupement et au sein du conseil d’administration, nous prenons soin d’avoir une approche constructive et bienveillante. J’ai pu réaliser à quel point les équipes de étaient impliquées, elles aussi. D’ailleurs, je travaille en avec Karine Ribak qui est adjointe au directeur général de Biomonde. Karine structure, cadre, pilote, et de mon côté, j’apporte mon expertise terrain. Nous travaillons en synergie.

Et maintenant, où en êtes-vous dans votre affaire ?

A.L. : A la demande de nos clients de Moulins, nous avons ouvert un second magasin en juin 2017, en plein centre-ville. Depuis, nous avons fermé le magasin de Dompierre pour se concentrer sur celui de Moulins que nous avons déménagé en janvier 2019 pour s’implanter dans le quartier historique en doublant la surface de vente. C’est un quartier auquel je suis attachée. Il nous ressemble, il est familial, je connais chacun de mes clients. Avec mon conjoint, nous nous épanouissons dans le magasin. Le bouche-à-oreille a marché, nous avons « intégré le paysage » en quelque sorte. J’aime l’idée d’être un épicier d’antan.

Biomonde en chiffres :

  • 3ème acteur du marché bio spécialisé
  • 200 magasins
  • Plus de 190 entrepreneurs