Nos partenaires
Menu

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Publié le 07 mars 2018
La dynamisation des territoires et des villes est devenue un sujet de société. Alors que le gouvernement lance le plan ville et commerce et que le projet de loi ELAN va faire son entrée dans les débats parlementaires, la Fédération du Commerce Coopératif et Associé (FCA) publie les résultats de l’étude réalisée par le cabinet Xerfi sur « L’impact du Commerce Coopératif et Associé dans les territoires ». Cette étude démontre que cette forme de commerce participe activement à la dynamique des régions et des agglomérations françaises.
Zoom sur le commerce coopératif et associé

 

// LE COMMERCE COOPÉRATIF ET ASSOCIE, CRÉATEUR DE RICHESSES EN FRANCE

>> Une masse salariale qui croît deux fois plus vite que celle de son marché
Le Commerce Coopératif et Associé mise sur l’humain. Ses 32 590 entrepreneurs sont plus nombreux chaque année et emploient 546 769 salariés en 2016. De 2011 à 2015, sa masse salariale a augmenté de 1,9%, soit deux fois plus rapidement que celle de l’ensemble du commerce (+1,2 %).

>> Une véritable résistance aux aléas conjoncturels
Le chiffre d’affaires du Commerce Coopératif et Associé a progressé sur un rythme annuel moyen de 0,4% à périmètre constant alors que le secteur du commerce est en diminution dans les mêmes proportions sur la période étudiée. Ces écarts de performances témoignent du dynamisme de cette forme de commerce ainsi que de son efficacité.

>> Un taux d’investissement deux fois supérieur à celui du commerce
L’étude Xerfi révèle que la courbe du taux d’investissement du Commerce Coopératif et Associé se situe au-dessus de celle de l’ensemble des commerces de plus d’un point (2,5 % versus 1,2 %). C’est une preuve que les chefs d’entreprise de ce modèle économique s’adaptent et anticipent l’avenir sur un secteur qui demande de se renouveler en permanence.

>> Une contribution fiscale conséquente
Quand il s’agit de contribuer aux recettes publiques, le Commerce Coopératif et Associé est également un acteur important. Alors qu’il représente 30 % du commerce de détail, cette forme de commerce s’acquitte de 42 % des taxes et impôts en France et participe à hauteur de 48 % des impôts sur les sociétés de l’hexagone.

Ces résultats sont la preuve d’une forte résilience du modèle. A un moment où le climat des affaires était en dégradation, nous sommes allés de l’avant. Dans le Commerce Coopératif et Associé, le risque est divisé et toléré ainsi nous misons sur nos points de vente afin qu’ils soient toujours plus performants et attractifs sur le long terme » explique Eric Plat, Président de la Fédération du Commerce Coopératif et Associé (FCA).

// LE COMMERCE COOPÉRATIF ET ASSOCIÉ, ACTEUR DANS LES TERRITOIRES

>> Une répartition des points de vente en phase avec la répartition de la population française
A l’heure où 1 Français sur 2 vit dans une ville de moins de 10 000 habitants (chiffre INSEE), 50,8 % des points de vente du Commerce Coopératif et Associé sont implantés dans ces communes. Cette proximité se vérifie également dans les villes de moins de 50 000 habitants. 10,5 % des Français sont installés dans des villes de 20 000 à 50 000 habitants et le Commerce Coopératif et Associé y possède 15,6 % de son parc.

>> Des chiffres d’affaires conséquents en régions
Le Commerce Coopératif et Associé se déploie en régions et créé de la valeur. Il pèse plus de 30 % du chiffre d’affaires du commerce dans dix régions de France métropolitaine et près de 40 % dans cinq d’entre elles.

>> Des points de vente au cœur des agglomérations
Le Commerce Coopératif et Associé est un acteur de l’économie réelle. Il participe à la dynamique des centres-villes et des centres-bourgs puisque 65,2 % de ses magasins sont situés au cœur des agglomérations pour les 35 villes étudiées par Xerfi.

>> Une participation à la CVAE du commerce au-delà des 32 % dans 9 régions
Le Commerce Coopératif et Associé est également un important contributeur de la   sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) puisqu’il y participe dans neuf régions de France à plus de 32 % et à plus de 50 % dans cinq d’entre elles. La CVAE sera, par la suite, redistribuée aux acteurs de la région.

Le Commerce Coopératif et Associé est un agrégat de PME françaises enracinées dans le tissu économique local. Nous ne décidons pas de nous implanter de manière opportuniste. En tant qu’indépendants, nos entrepreneurs adoptent une approche raisonnée et non spéculative. Nous avons une place incontournable dans nos villes. Notre activité économique est concrète pour les Français. Nous produisons de la richesse localement et surtout cette valeur reste au local. Sans consolidation boursière, sans optimisation fiscale, nous redistribuons notre valeur ajoutée aux collectivités territoriales, à nos communes, à nos régions. Le Commerce Coopératif et Associé investit sur les terres françaises ! » indique Eric Plat.

// MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE XERFI

Cette étude Xerfi a été bâtie à périmètre constant sur la période 2011-2015 sur 14 secteurs d’activités (agences de voyages, ameublement, articles de sport, bijouterie-horlogerie, bricolage, entretien automobile, grande distribution alimentaire, habillement-chaussure, hôtellerie, immobilier, jeux et jouets, librairie-papeterie, optique et pharmacie) représentant 94 % du chiffre d’affaires du Commerce Coopératif et Associé en 2016. La base statistique compile les données des points de vente du Commerce Coopératif et Associé et du commerce succursaliste situés en France métropolitaine.

Pour en savoir plus, découvrez la présentation de cette étude ci-dessous :

Téléchargez le communiqué de presse :