Nos partenaires
Menu
Publié le 09 mars 2021
Amélie Le Paih a créé en 2013 sa propre agence d’architecture. Elle a ensuite rejoint en 2017 le groupement Les Architecteurs. Aujourd’hui, pleinement impliquée dans la vie de la coopérative, elle peut s’épanouir et développer des projets de constructions durables, responsables de l’environnement, en parfaite adéquation avec l’approche avant-gardiste du groupement.
Amelie_Le_Paih_Architecteurs

Depuis vos débuts professionnels, vous exercez dans le domaine de l’architecture avec une approche orientée vers la construction durable et respectueuse de l’environnement. Comment cet intérêt vous est-il venu ?

Amélie Le Paih : Exercer dans ce secteur était pour moi une évidence. Progressivement, j’ai souhaité conjuguer cette passion et mes valeurs personnelles, liées à la protection de l’environnement, la durabilité des pratiques. J’ai débuté mes études d’architecture à Rennes, durant lesquelles j’ai eu l’occasion de partir une année au Mexique, à Guadalajara. J’y vivais dans une maison en terre, une maison fraîche très confortable, qui se situait pourtant à 1800m d’altitude, sans climatisation.
J’ai alors eu un questionnement sur ces matériaux anciens qui ont de bonnes performances thermiques, sont respectueux de l’environnement, recyclables, peu transformés, émettant aussi très peu de carbone. A mon retour en France, j’ai pu m’apercevoir qu’en Bretagne, de nombreuses maisons étaient construites en terre. J’ai donc terminé mes études en axant mon travail autour de cette philosophie, avec, par la suite, un diplôme de spécialisation obtenue dans l’architecture de terre.

Vous avez ensuite ouvert votre propre agence d’architecture spécialisée dans ce domaine, l’agence ALP en 2013. Quels types de conceptions proposez-vous ?

A.L.P : Après une année de travail au Brésil, je suis effectivement revenue en France avec la volonté de créer une agence d’architecture en accord avec ma vision d’une construction responsable. Nous sommes aujourd’hui spécialisés dans la réhabilitation du bâti ancien et la construction éco-responsable, en utilisant des matériaux naturels, responsables et durables : terre crue, pierre, bois, paille, chanvre, etc. Nous souhaitons ainsi proposer à des particuliers et des professionnels de nouvelles solutions de constructions écologiques.

En 2017, vous rejoignez la des Architecteurs. Comment cela s’est-il fait ?

A.L.P : J’ai eu la chance de suivre l’intervention d’un représentant Les Architecteurs lors de ma formation initiale à l’école d’architecture, venu nous présenter le , son fonctionnement et le modèle . Le choix d’intégrer Les Architecteurs a été basé sur un constat de manque de sécurité pour les clients dans la pratique libérale de l’architecte. Intégrer Les Architecteurs en devenant entreprise de contractance générale m’a permis de proposer des projets clés en main avec une garantie de bonne fin de chantier qui rassure beaucoup les particuliers quant à la fiabilité de notre approche même écologique et non conventionnelle.
Lorsque j’ai postulé à la coopérative, j’ai été tout de suite très bien accueillie. Ils avaient notamment déjà réalisé par le passé des travaux autour de la performance thermique. J’ai rapidement ressenti une volonté permanente de recherche de qualité, avec des échanges réguliers, une véritable émulation et une ouverture d’esprit très appréciable, ce qui me conforte et me rassure par rapport à la spécificité de mes constructions. Je sais aussi que je vais pouvoir bénéficier de leur envie de développer une approche durable de l’architecture. Le groupement permet justement de mener conjointement ce travail de réflexion, de recherche, un véritable avantage pour tous les architectes.

Comment décririez-vous le modèle coopératif et les avantages qu'il peut procurer ?

A.L.P : Il y a une bienveillance et une solidarité entre architecteurs qui me confortent à rester dans ce modèle auquel je crois beaucoup.
Le groupement met à disposition un accompagnement complet et un ensemble de ressources, notamment des outils de gestion financière de projets, très efficaces, nous permettant un meilleur suivi des chantiers. Il peut aussi par exemple nous permettre d’avoir des relations facilitées avec des partenaires. Cela me permet de monter en compétence sur des aspects de maîtrise des coûts. Le groupement propose aussi des formations spécialisées ainsi que des temps d’échanges réguliers, lors de réunions régionales ou de rencontres sur des congrès par exemple.
Ce soutien a contribué à améliorer ma pratique professionnelle, à consolider le suivi de mes projets, le tout dans un esprit convivial très appréciable. Dans mon activité quotidienne, la coopérative me permet aussi de « sécuriser » mes clients. Il permet d’offrir la garantie d’une caution de bonne fin de chantier et une expertise dans le domaine de la construction durable. L’appartenance à un groupement national rassure aussi les clients et partenaires.

Au sein de la coopérative, j’ai trouvé un soutien fort qui m’a aidé à améliorer ma pratique professionnelle.

La société est de plus en plus sensible aux questions environnementales, davantage encore ces derniers mois. Quels sont vos projets d’avenir, de développement, notamment avec la coopérative ?

A.L.P : 2020 fut comme « un trou d’air », mais le redémarrage est assez fort, notamment en Bretagne, où les personnes souhaitent davantage se sentir bien chez elles, avec une meilleure qualité de l’air intérieur (IAQ), une performance thermique renforcée… Depuis la fin d’année 2020, la demande des particuliers repart fortement à la hausse, avec le développement de nombreux projets. Nous avons, à cet effet, recruté une troisième architecte au sein de l’agence pour préparer au mieux l’année 2021, qui s’annonce prometteuse.
J’ai aussi eu la chance d’intégrer le Conseil d’Administration du groupement l’été dernier, et de faire partie de la Commission Développement Durable. Nous travaillons d’ailleurs aujourd’hui ensemble sur le projet « Perm’Architecture», dont l’enjeu est de développer des solutions plus vertueuses, pour faire de notre pratique une activité plus durable dans tous les domaines. Il y a une dynamique qui se renforce d’autant plus à travers ce projet, ce qui est très stimulant. J’ai aujourd’hui hâte que l’on retrouve la possibilité de rencontrer les confrères, pour pouvoir de nouveau retrouver nos temps d’échanges avec les autres membres !

Auriez-vous un conseil à transmettre aux jeunes architectes qui voudraient se lancer dans le commerce coopératif ?

A.L.P : Je leur conseillerais simplement de venir voir ce que c’est, de se faire leur propre avis, et de considérer que la gestion d’entreprise est aussi importante que le coup de crayon pour aboutir à des projets et avoir une activité pérenne. Il faut penser à être autant performant en gestion d’entreprise que l’on peut l’être en création de projet d’architecture.

Les Architecteurs en chiffres :

  • 1981 : année de création de la coopérative
  • 69 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020
  • 81 adhérents
  • 90 agences